Patrimoine rural

Le sentier des lavoirs

Promenade dans le quotidien du passé

Offrant diverses vues sur le puissant donjon du site médiéval, le parcours pédestre suit le cours paisible de la Dive du Nord qui enserre le bourg pittoresque de Moncontour dans une de ses boucles.
ça et là, plus de 15 lavoirs rappellent au promeneur que Moncontour fut, au siècle dernier, le carrefour poitevin de la production de chanvre, végétal qui se devait d’être abondamment lavé avant d’être transformé en textile.
Au total, Moncontour possède près de 50 lavoirs.

Autrefois, (avant l’ère de la machine à laver) chacun disposait d’un emplacement aménagé sur le bord de la rivière afin de laver son linge et le chanvre. (Plusieurs dizaines à Moncontour). Le passage du circuit sur ce magnifique sentier évoquera le souvenir de gestes ancestraux pratiquement disparus aujourd’hui.

Le lavoir se composait d’une planche au niveau de l’eau, d’un fourneau et parfois d’une grande cuve en zinc, en pierre ou en terre cuite appelée « ponne« . Pour effectuer la lessive, les gens ramassaient la cendre de bois dans les cheminées. Ils la mettaient dans des sacs en toile qu’ils disposaient dans le fond des ponnes, puis remplissaient celles-ci de linge, recouvraient d’eau et mettaient à chauffer.
Quand l’eau bouillait, ils prenaient un dévidoir (sorte de seau avec un manche) et la
déversaient sur le linge. L’eau traversait alors le linge, la cendre et retombait dans le “gourmeau” qui la réchauffait à nouveau, cela pendant plusieurs heures, puis ils laissaient refroidir toute la nuit. Le lendemain, ils battaient le linge sur une planche avec des pelles en bois appelées battoirs, puis le rinçaient dans la rivière et mettaient à sécher.

Il existait également les lavoirs communaux pour les habitants de la région qui eux n’avaient pas d’eau. Ils arrivaient tous les jeudis matin en charrettes pleines de linge à laver. Ils battaient et rinçaient toute la matinée et le soir, s’il faisait beau, ils étendaient leur linge sur la prairie et pendant ce temps là, c’était la fête, les uns chantaient, les autres dansaient.

 

Voir plus

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page